Marysabel Caballero & Moises Herrera - café du Honduras

Publié par le

café honduras Marysabel caballero

Crédit : Stumptown Coffee.

 Nous sommes très fiers de vous proposer ce micro-lot d’exception : un Java naturel du célèbre couple de producteurs Marysabel Caballero et Moises Herrera. 

Le café, Marysabel Caballero l’a dans le sang : dans sa famille, sa culture remonte à 1907. L’histoire commence avec Felipe Garcia, l’arrière grand-père de Marysabel, qui produit du café dans la région de Marcala, première région d’Amérique Centrale à obtenir la dénomination « origine protégée » pour le café. À sa mort, Arsaces reprend les terres de son père mais voit sa fille Sandra préférer un emploi en ville plutôt que perpétuer la tradition familiale. Finalement, l’amour du petit grain sera plus fort : Sandra et son mari finissent par revenir à la culture du café et transmettent à leur tour le virus à leur fille Marysabel qui s’investit très jeune dans la ferme de ses parents. 

Marysabel caballero café honduras

Moises Herrera, quant à lui, est initialement venu du Guatemala pour un emploi de comptable au sein d’une entreprise d’exportation de café guatémaltèque au Honduras. En parallèle de son travail, il achète une petite propriété et y fait pousser du café ainsi que diverses plantes. C’est de cette façon que Moises et Marysabel se rencontrent : Marysabel cherchait à acheter de l’izote, une espèce de Yucca utilisée comme clôture naturelle pour lutter contre l’érosion, et Moises en avait justement sur sa propriété. Un coup de foudre digne d’une comédie romantique avec mariage à la clé et en quelques années, une réputation mondiale dans le milieu du café de spécialité.

Et oui, Marysabel et Moises ne sont pas seulement passionnés, ils sont aussi reconnus dans le monde pour la qualité de leurs cafés, contribuant grandement à la réputation du Honduras comme pays produisant d’excellents cafés de spécialité. Les Caballero cultivent 150 hectares sur les collines de Chinacla, une terre riche bordée d’une grande forêt de pins que Marysabel appelle avec tendresse « leur ferme dans la forêt ». Le couple y a construit ses propres infrastructures de traitement des cerises de café afin de maitriser entièrement la qualité des processus de lavage et de séchage, mais aussi afin de tester de nouvelles méthodes de fermentation. Car s’il y a une bien une chose qui qualifie les Caballero, c’est leur souhait permanent d’innover. Ils investissement également du temps et des ressources dans la recherche de nouvelles variétés de café : le « jardin des variétés » de Moises rassemble plus de 25 variétés différentes provenant du monde entier qu’ils goutent et observent ensemble afin de prévoir les futures plantations à la ferme.

café arabica honduras

Les collines de Chinacla. Crédit : Stumptown Coffee.

En parallèle de leurs méthodes de travail innovantes, Marysabel et Moises accordent une grande importance à la durabilité environnementale de leurs pratiques. Une philosophie renforcée par un coup dur rencontré en 2013 : une attaque dévastatrice de rouille dans leur ferme qui durera de longs mois et leur fera occuper la dernière place du concours Cup Of Excellence en 2015. Une difficulté que le couple surmonte en repensant sa manière de faire, à tel point que l’année suivante, Marysabel remporte la 1ère place au concours et atteint même le prix au kilo le plus élevé jamais payé pour un café du Honduras. Une véritable reconnaissance qui les conforte dans leurs pratiques : travailler, innover avec passion, dans le respect des hommes et de la terre. En effet, une grande partie de leurs efforts est consacrée à l’amélioration des sols afin d’assurer un environnement sain aux caféiers, notamment via la production d’engrains naturels constitués de pulpes de cerises de cafés et d’autres matières organiques. Des analyses sont d’ailleurs réalisées chaque année afin de s’assurer que les caféiers disposent de tous les nutriments dont ils on besoin. Mais les Caballero ne s’arrêtent pas là : toute l’eau utilisée à la ferme est filtrée avant d’être relâchée dans la nature. Dans l’esprit des pratiques agroforestières, certaines parcelles de la ferme sont cultivées en plein milieu de la foret. La quantité d’ombre sur l’ensemble des terres est controlée afin de limiter la croissance de maladies telles que les champignons et les caféiers sont plantés de façon espacée contrairement à l’usage car cela réduit le risque de moisissure et de rouille.

marysabel caballero moises Herrera café honduras

Crédit : Nordic Approach.

Travailler la terre avec soin et préserver la biodiversité sont les mots d’ordre de Marysabel et Moises. Mais ces derniers ne délaissent pas pour autant l’aspect humain, bien au contraire. Contrairement à d’autres, le couple emploie les cueilleurs tout au long de la saison et pas seulement pendant la période dé récolte. Comme ils n’utilisent pas d’herbicides, ce sont les ouvriers agricoles qui enlèvent les mauvaises herbes à la main, ce qui leur fournit un revenu stable tout au long de l’année. De plus, les Caballero s’investissent dans la vie de leur communauté : ils soutiennent notamment deux écoles de la région en leur fournissant régulièrement du matériel, et même une salle à manger en 2017. 

Vous l’aurez compris, Marysabel et Moises sont d’immenses producteurs qui se donnent corps et âme pour leurs cafés. Ce micro-lot, disponible en quantité extra limitée (300 paquets) en est la preuve : découvrez un délicieux café juteux, aux notes de cerises et de fruits tropicaux. Ce bijou est disponible en boutiques et directement sur notre site !

café

← Article précédent Article suivant →

Newsletter

  • Livraison Mensuelle

  • Paiement Securisé

  • Service Client